Gallery

La Ville de Montréal s’attaque à l’agrile du frêne – Montréal Radio-Canada.ca

Pour enrayer la propagation de l’agrile de frêne, la Ville de Montréal mène actuellement une opération d’injection de biopesticide sur quelques frênes ciblés.

Ce coléoptère venu d’Asie a été repéré pour la première fois à Montréal l’été dernier. Depuis, la Ville mène des opérations de prévention et de détection. Au mois de mars, huit endroits infectés ont été identifiés.

« Il y a eu une grosse campagne de dépistage à Montréal l’année dernière », a expliqué Daniel Desjardins, le chef de la division arboriculture à la Ville de Montréal. Grâce à cela, huit sites infestés ont été identifiés, ce qui représente une quinzaine d’arbres. « On a fait abattre ces arbres au printemps », a-t-il ajouté. Les frênes abattus ont ensuite été déchiquetés sur place.

« Tant qu’il y a de la nourriture dans son entourage, […] l’agrile ne se déplace pas tant que ça », précise M. Desjardins.

À présent, la Ville de Montréal répand un biopesticide élaboré par le Service canadien des forêts, un peu comme un vaccin. « On injecte tous les frênes dans un rayon de 250 mètres » autour des huit sites repérés, indique M. Desjardins. Cette opération doit être renouvelée tous les deux ans.

© Ville de Montréal

À ce jour, même si les recherches se poursuivent, aucun moyen efficace n’a été trouvé pour venir à bout de l’agrile.

À Montréal, 20 % des arbres de rue sont des frênes. Sur les 100 000 arbres que compte le mont Royal, 26 000 sont des frênes.

L’insecte ravageur a été repéré pour la première fois au Canada il y a dix ans. Depuis son apparition en Amérique du Nord, 20 millions de frênes ont disparu.

via La Ville de Montréal s’attaque à l’agrile du frêne | Montréal | Radio-Canada.ca.

One response to “La Ville de Montréal s’attaque à l’agrile du frêne – Montréal Radio-Canada.ca

  1. «L’agrile du frêne représente une forte menace pour la forêt urbaine de Montréal qui compte quelque 45 000 frênes, soit environ 20 % des arbres de rues et même 30% dans certains arrondissements», a expliqué Jacques Audette, spécialiste du Programme de l’agrile du frêne à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s